Critique de Call of Duty Advanced Warfare

Call of Duty Advanced Warfare

Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour cette longue absence. Plusieurs changements personnel et professionnel ont fait en sorte que je n’ai pas eu beaucoup de temps pour jouer à des jeux. J’ai aussi eu un pépin majeur entre mon blogue et mon hébergeur qui a fait en sorte que je n’ai pas pu faire de mise à jour. Avec le solde des fêtes de Steam et la Xbox One que je me suis payée, je vais pouvoir vous faire la critique de plusieurs nouveaux jeux.

Pour recommencer en beauté, voici donc ma critique de Call of Duty Advanced Warfare pour PC.

L’action se déroule dans un futur où après avoir perdu une main lors d’un combat (ainsi que notre plus proche frère d’armes), notre personnage rejoint les rangs du père de notre camarade, personnage incarné par nul autre que l’acteur américain Kevin Spacey, qui est à la tête d’une armée privée, nommée Atlas, chargée de résoudre des conflits armés partout sur le globe.

Comme ces prédécesseurs, Advanced Warfare nous offre une campagne hors ligne complète avec une histoire captivante remplie de rebondissement. Les cinématiques sont nombreuses et leurs qualités sont impressionnantes sans oublier le visage de Kevin Spacey qui est très bien modélisé. Outre certaines nouvelles armes laser et des ajouts mineurs, la grande nouveauté dans ce jeu est l’utilisation de l’exosquelette. Cet exo nous permet de sauter plus haut, flotter dans les airs, esquiver des balles en glissant de côté ou d’activer certaines options comme un bouclier temporaire ou un camouflage.

Il nous est maintenant possible de choisir entre plusieurs types de grenades (létal ou non) selon le type d’adversaire que nous affrontons. Nous pouvons en effet choisir entre la bonne vieille grenade à fragmentation, la grenade électromagnétique ou la grenade intelligente (une grenade qui se déclenche après quelques secondes et qui va exploser vers l’ennemi le plus près). Du côté des grenades non létales, il y a les grenades fumigènes et éblouissantes qui sont de retour et une nouvelle grenade marquante nous permet de voir la silhouette des ennemis qui sont dans le rayon d’action de la grenade, même si ceux-ci sont derrière un mur. Ces ajouts sont intéressants, mais la grenade électromagnétique, la grenade intelligente et la grenade marquantes sont les seules dont vous aurez besoin pour terminer le jeu.

En ce qui concerne les missions, comme dans les autres opus de la série, nous avons des missions furtives, des missions d’assauts, des missions plus classiques de combat, une mission aux commandes d’un avion de chasse et une autre dans laquelle nous sommes en support à notre équipe au sol avec un drone de combat. Des missions diversifiées oui, mais le joueur est toujours pris par la main et dois suivre le “rail” imposé par le jeu pendant les sept heures que le joueur moyen devrait prendre pour compléter la mission en mode solo.

Parlons maintenant du mode en ligne. Celui-ci offre plus d’une quinzaine de modes de jeux que les joueurs ont vus dans les Call of Duty précédents, mais les joueurs ne semblent que jouer 3-4 modes sur PC. Une nouveauté dans le mode en ligne, en plus des 35 armes, il est aussi possible de débloquer des variantes, tout comme Counter-Strike Global Offensive, avec des modifications de cadence de tir, de précision ou de porter, pour n’en nommer quelques-unes. Cet ajout ajoute un côté de personnalisation intéressant, car il permet un plus grand choix adapté à nos préférences. Il est également possible de débloquer des items pour notre personnage (casque, gant, pantalons, etc.…) ce qui rajoute un aspect MMORPG au jeu. Bien que produit par la compagnie Sledgehammer, j’ai eu l’impression de jouer à Unreal Tournament lors de mes parties en ligne. En effet, le mode « link » propose de transporter une balle jusqu’à un « but » dans la zone adverse, mais ce qui m’a vraiment déplu est le fait que les exosquelettes permettent au joueur des sauts très hauts qui nous font flotter dans les airs. Non pas que j’ai détesté Unreal Tournament, mais j’y jouais en toute connaissance de cause. Je suis forcé de croire qu’il ne me reste que BattleField qui me permet encore de jouer à un vrai jeu de guerre.

Parlez-moi d’un FPS 2.0… oui je crois que pour certains cela peut-être une amélioration appréciable, mais les puristes comme moi vont être d’accord que la base du jeu en ligne traditionnel est carrément ruinée! Pour que je passe plus de temps à tirer dans le ciel que par terre il y a un problème. Finalement, les bonus lorsqu’on tue un adversaire (killstreak) sont presque tous utilisables de façon manuelle. Donc si vous voulez utiliser une de vos récompenses, attendez-vous à mourir en retour!

Somme toute un jeu intéressant, mais puisque je ne trouve pas de réel plaisir à jouer en ligne, je ne peux qu’être un peu amer vis-à-vis ce jeu.

Ma note : 7/10

Advertisements

~ by matriceqc on January 8, 2015.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: